art et essai recherche montpellier
f

Actualités

télécharger le mag
l'édito: 

Cher·e·s ami·e·s spectateurs·trices,
Nous sommes heureux de vous annoncer que cette troisième édition du Diago en Plein Air a été un véritable succès ! Nous avons passé en votre compagnie, trois soirées inoubliables ! Patience, à ceux qui n’ont pas pu voir les trois très beaux films proposés, ils seront au diago à l’automne. Merci à l’équipe de hTh-Théâtre des 13 vents pour leur accueil ainsi qu’à Roger Toche et Ciné Garrigues pour la qualité de leurs projections.
C’est l’été, nous allons partir en vacances un peu et se retrouver pour une rentrée riche en événements et rencontres. En attendant votre cinéma préféré reste ouvert avec de nombreuses petites perles à découvrir ! Entre autres, Les Avant Premières de Blackkklansman de Spike Lee et Burning de Lee Chang-Dong. Bel été à toutes et à tous dans nos salles climatisées !
L'équipe du Diago

OFFRE D'EMPLOI

Diagonal Cinémas recherche :

Assistant(e) Education à l’image et Programmation

Description du poste : Sensibilisation à l’image auprès du public et plus particulièrement du jeune public dans et hors temps scolaire. Travail en collaboration avec l’équipe des cinémas Diagonal.

Missions :

- Coordonner les dispositifs d’éducation à l’image « Ecole et Collège au cinéma » Hérault.
- Mettre en place et animer des séances scolaires pour des spectateurs de la maternelle à la terminale
- Réalisation des dossiers de subventions
- Aide à la programmation et à la conception d’animations et d’événements
- Participer à l’accueil des associations et animer des projections-débat
- Participer au travail administratif correspondant.

Profil :
- Maîtrise des logiciels bureautiques et qualités rédactionnelles
- Intérêt ou connaissance de l’exploitation cinématographique apprécié
- Cinéphilie et curiosité pour le cinéma
- Expérience similaire souhaitée

Poste :
35h hebdo, CDD 3 mois (pouvant évoluer en CDI.) Salaire suivant grille CCNEAC
A pourvoir mi-septembre 2018. Faire parvenir CV et lettre de motivation à contact@cinediagonal.com. ou par courrier à Mr Le Président - Association Les Chiens Andalous – Diagonal Cinémas – BP 51062 – 34007 Montpellier Cedex 1.
Fin des candidatures 01 septembre.

Critique : Le monde est à toi

Huit ans après son premier long-métrage, Notre jour viendra, Romain Gavras fait son retour avec la comédie de petites frappes de banlieue intitulée Le Monde est à toi [+], une sorte de Guy Ritchie frenchie en vacances au Club Med qui a beaucoup fait rire le public de la Quinzaine des Réalisateurs du 71e Festival de Cannes.

Les ingrédients sont savoureux, et le casting formidable. Prenez un fils à maman nommé Farés (Karim Leklou) qui en a assez d'être sous la coupe de sa génitrice (une impayable Isabelle Adjani, castratrice à souhait, à qui il n'est pas question de la faire à l'envers), leadeuse d'une bande déchaînée de voleuses de grand magasin, et veut devenir le représentant de la franchise Mr. Freeze au Maghreb, ce qui va nécessiter au préalable, pour l'investissement de départ, un transport de hashish en go fast. Ajoutez une bande de bras cassés hauts en couleurs : un caïd des cités complètement perché aux émotions à fleur de peau, un gang de Zaïrois péroxydés qui font de chaque séance au Palais de Justice une autre paire de manches pour leur avocat de banlieue tout terrain (Philippe Katerine), deux sbires pas bien futés qui semblent vivre dans un jeu de Playstation, sans oublier un loser complotiste obsédé par les Illuminati qui voit des triangles partout et que les chansons de Daniel Balavoine font vachement réfléchir (Vincent Cassel, évidemment) et une jolie beurette qui ne manque pas de répartie (Oulaya Amamra, l'héroïne de Divines, toujours aussi piquante). Transportez tout ce beau monde sur la Costa Brava et agrémentez le tout d'un gang d'Écossais baraqués à l'accent à couper au couteau, de lunettes de soleil Gucci, de musique de variété des années 80 dont on fait les meilleurs karaokés, et d'un "fixeur" incarné par l'inénarrable François Damiens (car on imagine bien que le projet de Farés, déjà fragile au quartier, ne va pas manquer de capoter à l'échelle internationale) : vous ne serez pas déçu !

C'est que pour multiplier les pour les embrouilles, coups bas et arnaques de plus en plus alambiquées, le scénario composé par Gavras avec Karim Boukercha et Noé Debré, très bien ficelé, retombe toujours sur ses pieds, en plus de nous offrir des dialogues assez jubilatoires dont l'humour ne tient pas qu'au dialecte, et d'avoir la grâce de ne se prendre au sérieux à aucun moment, même s'agissant de la relation mère-fils ingrate qui réunit cocassement Farés à la pauvre fillette de l'Écossais (le concours d'ignominies parentales entre eux est hilarant, car si Adjani lâche des phrases comme "j'aurais pu te laisser sur le marches d'une église et aujourd'hui, tu serais pédophile", le truand d'Outre-Manche a carrément inscrit sa petite à une école d'enfants attardés pour collecter des subventions pour mongoliens...) et attendrit juste ce qu'il faut sans détourner de la comédie.

Un autre motif sous-jacent s'y inscrit à la perfection, très agréablement : la supériorité de toutes les femmes du film sur les différentes bandes de nazes qui se disputent la drogue et le magot, et c'est tout à l'honneur de Gavras et de ses formidables acteurs et actrices.